Traversée des Alpes 2018 – étape 2 – Beaufort / St Michel de Maurienne

La première étape a laissé des traces et après un copieux repas chez notre logeuse du jour et un court débriefing de l’étape passée, chacun file rapidement se reposer…Nous sommes désormais véritablement entrés au cœur du massif des Alpes et la torpeur étouffante connue à Thonon les bains laisse place au souffle rafraîchissant d’une nuit passée à 800m d’altitude…

En arrivant, c’est notre « saint Bernard » Alain qui distribue les chambres…On retrouve ainsi le DS (Franck) avec l’arracheur (Anthony), Denis avec Pilou (Nico), Nini en compagnie de son Papa et enfin la serpette (Fabrice) avec Steeve.

La nuit fraîche permet à chacun de bien récupérer et dès 5h on entend que cela s’agite dans les chambrées…L’inénarrable Pilou se fait rapidement remarquer par la propriétaire des lieux qui manque de perdre la vue face au corps athlétique de Pilou, nu sur le balcon, manquant par sa « gouaille » de réveiller la moitié de l’hôtel…

Petit déjeuner parfait pour aborder la seconde étape qui, bien que ne comportant que 3 cols au programme, n’en est pas pour autant la plus facile…Au programme le magnifique Cormet de Roselend (1963m)par le col du Meraillet (1605m) suivi de l’interminable col de l’Iseran culminant à 2764m…

A 8h, le drapeau se baisse et c’est parti pour 160km et 3500m de D+…La troupe s’élance sauf Steeve qui prétexte un soucis sur son GPS pour rester un peu plus longtemps dans la vallée…Peine perdu pour lui, bug complet de la Suunto pour le reste du séjour…Il ne faut jamais compter sur l’électronique et ce petit désagrément en est la parfaite illustration…

Chacun prend son rythme dans ce col bien ombragé…Ce n’est jamais véritablement difficile mais l’ascension ne dure pas moins de 20km pour une pente moyenne de 6%…Après la chaleur étouffante de la première journée, il est agréable de monter à la fraiche !

Une pause ravito s’organise au niveau de la chapelle de Roselend  offrant un point de vue superbe sur le lac du même nom…Pour la petite histoire cette chapelle fut reconstruite « hors des eaux » après que le village de Roselend  soit submergé sous les eaux de ce gigantesque barrage dans les années 1960…

Regroupement général au niveau de la chapelle qui matérialise en même temps le col de Meraillet…A partir de là se déroule sous nos roues une petite descente qui permet à chacun de bien récupérer tout en jouissant de la beauté des lieux…Il ne reste alors que 5 km pour arriver au sommet…

Pause photo et à nouveau ravito avant de s’élancer pour 20km de descente jusqu’à Bourg Saint Maurice…C’est le terrain de jeu des équilibristes du groupe, au premier rang duquel on retrouve Franck talonné de Denis et Fabrice, lequel ne se contente pas de  monter les cols plus vite que les autres, il les dévale aussi avec une célérité certaine mais toujours prudente !

Derrière toujours les même tortues : Steeve et Pilou.

Ce dernier est encore ralenti par une deuxième crevaison (après l’incident qui lui a permis de réaliser le KOM dans la montée de la Colombière la veille…vélo sur la remorque !!!). Heureusement Alain veille au grain et après un changement rapide de roue, Pilou repart… En bas de la descente Steeve manque de se prendre en pleine face un motard imprudent…ça passe limite mais ça passe !!! Le bougre ne portait pas vraiment les motards dans son cœur et cette péripétie ne va pas modifier son point  de vue !!!

A nouveau regroupement en arrivant à Bourg Saint Maurice où il fait chaud, très chaud même par contraste avec la température connue en haut du Cormet… On remplit les bidons et abordons ensemble la montée du Col de L’Iseran…

Pendant ce temps Alain doit récupérer une paire de pédale chez un vélociste local…En effet notre chauffeur, trop affairé à se mettre au petit soin du groupe, a oublié ses chaussures de vélo à Reynies…Pilou peut lui en prêter une paire mais reste le soucis des cales…Finalement Alain parviendra à trouver pédales et chaussures à son pied pour éventuellement rouler un peu…Mais trop tard, il s’est fait piller sa roue arrière entre temps !!! Dure réalité pour notre assistant 5 étoiles qui renonce à la possibilité d’escalader quelques cols pour mieux servir la bonne marche du groupe…L’occasion nous est ici donné de saluer sa dévotion et lui adresser un collégial MERCI ! A défaut d’enfourcher son vélo il décide de chevaucher une moto !

Mais retour à la route et pour l’ascension de l’Iseran, la prudence est de mise car avant de voir le sommet, il faut grimper durant 47 km…

Une pause repas est prévue dans la station de Val D’Isère 30km après Bourg Saint Maurice…

Cette montée est très loin d’être la plus champêtre car elle se trouve être un itinéraire particulièrement fréquenté par les poids lourds et autres véhicules… Sur ce tronçon c’est zéro plaisir…la montée est longue et nous sommes sans cesse dans les fumée d’échappement et un bruit incessant de moteur largement accentué lors des passages dans les tunnels…

Nini tente sa stratégie habituelle, la technique dite du facteur mais n’échappe pas à la vigilance de Fabrice et Steeve bien décidé à ne pas faire échapper les points précieux des GPM!

Fabrice et Steeve arrivent les premiers dans la station, suivi de près Denis, Anthony et Franck qui retrouve aujourd’hui un coup de pédale plus en adéquation avec son lustre habituel après avoir peiné la veille dans l’ascension de la Colombière…En plus d’essuyer 2 crevaisons dans la première étape, le DS n’avait pas pris le soin d’équiper sa roue arrière d’une cassette typée « montagne » pour s’économiser quelque peu… Nini et Pilou termine un peu plus loin et si Pilou lutte pour grimper, il conserve toujours une énergie suffisante pour animer les conversations lors des arrêts…Son sens de l’humour et son auto-dérision font mouche à chaque fois et c’est un véritable plaisir de louer ses services de comique ! C’est l’animateur indispensable au groupe pour ce genre de périple…il fédère à lui seul le groupe!

A Val d’Isère, Alain nous confectionne une pause casse-croûte qui permet pour quelques heures au moins de réfréner l’appétit gargantuesque de Denis !!!

Nous croisons celle qui restera pour le reste du séjour dénommée « cul d’acier » et c’est sur des pensées un tantinet « érotiques »  que nous reprenons ensemble la route pour en finir avec ce col de l’Iseran…Il reste 17km d’ascension assez régulière et sans rupture de pente mais passé 2000m d’altitude, le manque d’oxygène commence à se faire sentir pour tous ! Enfin pour tous mais visiblement beaucoup moins pour Fabrice qui caracole très largement en tête…De Val d’Isère au sommet de l’Iseran, le paysage se fait de plus en plus minéral et l’on ressent l’hostilité de la haute montagne…

Dans les dernières pentes de cette ascension Steeve fait connaissance avec un cyclo que l’on nommera par la suite « sacoche »…Un parisien qui a entrepris la traversée en autonomie…Tout le monde n’a pas la chance de voyager en mode UCI protour et de pouvoir compter sur Alain pour enfiler Goretex et doudoune en haut du col…Car à près de 2800m, il ne fait jamais très chaud et passé l’euphorie d’avoir atteint le sommet, on se refroidi bien vite en attendant les copains…Pour palier à cet handicap, 2 écoles s’affrontent dans le groupe: d’un coté les fainéants qui se couvrent et se réfugient dans le bus et de l’autre Le Courageux (Fabrice) qui redescend la pente pour aller chercher les copains!!!! Regroupement général au sommet.

Fabrice termine sa deuxième ascension avec Pilou et Nini qui a lui choisi d’accompagner son ami…

Steeve discute le bout de gras avec « Sacoche » bientôt rejoint par Denis, Franck qui semble aller de mieux en mieux et l’arracheur (Anthony) qui gère très très bien son potentiel et surprend par sa capacité à réitérer les efforts de la veille…

Après la traditionnelle photo, nous nous engageons dans une longue descente couverts comme des oignons…

Une fois retrouvé une température plus clémente, nouvel arrêt pour se délester des habits devenus superflus auprès du bus…

Il reste alors une quarantaine de km d’un profil faux-plat descendant mais les prévisions de Steeve s’avère juste: le vent souffle fort et contraire dans la vallée…Le groupe s’organise pour rouler de concert et protéger les moins aguerris…Les relais se passent à 4, Nini, le Serpette, Denis et Steeve…on sent au passage des relais que les qualités de rouleur de Denis sont bien mises en évidence car chacun de ses relais sonne comme un coup de boutoir qui fait mal au reste du groupe…

La quiétude des sommets laissent place à la frénésie du retour à la civilisation et nous rejoignons Saint Michel de Maurienne sur une route à grande circulation à partir de Jausier…

Arrivée à Saint Michel de Maurienne, accolade générale pour se congratuler de cette belle journée de vélo…Nous sommes tous un peu saoul par le bruit du vent, de la chaleur,de la circulation mais surtout d’une agréable fatigue.

Nini prend les choses en main tel le meilleur de GO (Grand Organisateur) pour nous guider vers notre hôtel où Alain distribue à nouveau les chambres pour faire tourner l’effectif…Salutaire initiative qui permet à tous les membres du groupe de faire corps avec les autres!

Nous sommes accueillis chaleureusement par notre hôte du jour qui ne manque pas de vilipender Steeve, lequel a déposé son Giant à l’endroit exact où il est indiqué en caractère 4 par 3 qu’il ne faut pas mettre son vélo!!!! 

Un box est prévu à cet effet pour garer nos bicyclettes en toute sécurité…

Place à la douche avant que chacun ne se retrouve autour de la traditionnelle bière et du débriefing post-étape…

Une belle étape de 160km et 3500m de D+. La suite au prochain épisode… (texte de l’ami Steeve Machine aussi à l’aise une plume à la main que sur son Giant !)

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *