200 épique !

Quand il faut y aller…faut y aller ! Telle fut la devise des courageux qui ont bravé le froid, la pluie, le vent et l’orage quelque part sur les causses du Quercy. 6 représentants de Cahors Cyclisme ont répondu présent au 200 épique organisé par Cahors Cyclotourisme… En souvenir pour Daniel Arnaudet, peu importe la météo… quand faut y aller…faut y aller !

Rendez-vous à 7h15 et Christian est déjà là avec ses drôles de dames. Karine arrive et son homme se fait attendre. Ça fait déjà 3h30 que Sam pédale…100 km en 31km/h de moyenne…joli prologue en guise d’entraînement ! Tiens la doublette Alex et Jérôme pointe le bout de leur casque… il faut faire du long pour préparer Nice ! Grec et Maxime nous retrouvent et nous voilà au complet devant la Barbacane qui se drape d’un soleil timide. 7h37, on s’élance dans la côte des Êveques.

On imprime le tempo avec Jérôme…régulateur bloqué à 27, allure randonneur. Cela dénote avec les bolides du Rallye du Quercy qui nous doublent à fond la caisse. Le vent de face n’est pas trop fort mais bien présent. A Larroque voici Kévin qui va nous accompagner un bout de route. Ce convoi a fier allure, nous sommes 18 dont 5 filles, et un pro !

Le vent se lève à l’approche de Cajarc au km 48. 15 mn d’arrêt à la boulangerie et protocole du tampon sur la carte de route. C’est une grande première pour un bon nombre de participants. Tu crois qu’il faut marquer l’heure ? oui, pour l’homologation il faut tout indiquer ! La boulangère tamponne à tout va et Kévin craque pour une pompe à huile…

On repart vaillant. Le peloton s’est un peu disloqué. Ainsi va la vie du randonneur qui avance en solo ou en groupe au grès de sa forme, des arrêts ou de son objectif. Le vent contraire souffle de plus en plus fort et il fait même chaud… La météo se serait trompée ?… Affaire à suivre. La première difficulté à Faycelles casse la monotonie de la vallée. 3,5 km assez régulier et pas trop pentu. Chacun avance à son rythme. Christian gère ses filles. Cela fait plusieurs mois qu’elles s’entraînent pour ça et il n’est pas question de griller les cartouches inutilement. Kevin fait monter les watts, Alex s’envole et les gars s’accrochent à un groupe de Toulousain revenu de l’arrière… bref on a des fourmis dans les jambes !

Nous traversons la cité Champollion, km 76, cela fait plus de 3 h que nous sommes partis. Le juge de paix approche… encore 8 km de vallée et nous tournerons à gauche pour monter vers Latronquière… 20 km de profil montant. Dès la première rampe, on forme un grupetto avec les 2 Laure et Christian. Karine et Sam naviguent à quelques centaines de mètres devant. Un gars roule en basket sur un vélo acier avec les manettes au cadre !!! Christian régule l’allure et les filles écoutent à la lettre les précieux conseils. 12h00, il reste 6 km pour rallier le second point de contrôle de la journée.

L’épicerie ferme à 12h30…donc pas de temps à perdre…c’est la course au sandwich. Pour le moment tout va bien, nous avons franchi plus de la moitié du parcours et avons atteint le point culminant de ce brevet… Les bras remplis de ravitaillement nous attendons sagement notre tour à la caisse de l’épicerie. Pour le moment tout se passe bien pour accomplir ce brevet… Mais dehors ce trame un changement de scénario… un nouveau décors beaucoup plus sombre et tempétueux qui va assurément corser l’affaire !

Après 30mn d’arrêt et une belle drache, nous partons défier ces nuages noirs. Les Toulousains sont les premiers à repartir avec Kévin. Notre groupe se scinde en 2. Devant Jérôme, Alexandra, maxime et Greg filent à leur allure. Derrière nous sommes 7 : Laure (la grande), Laure (la petite), Karine, Christian, Sam, Alexandre et moi. Soudés comme jamais et bien décidés à ne pas courber l’échine devant les éléments qui se déchaînent.

Après Livernon, la route est cassante et la pluie redouble. Nous sommes trempés. Coup de tonnerre Christian crève… juste devant un abri bus ! Ça grelotte et il devient difficile de gonfler la roue. Nous repartons transis de froid mais vaillant. Laure ne sent plus ses mains, l’option gants courts… ça ne le fait pas aujourd’hui ! Sam fait des allers retours et pique des sprints pour se réchauffer… son compteur affiche 250 km ! Direction Quissac puis Labastide Murat. Et c’est au tour d’Alexandre de crever. Les filles prennent de l’avance pour nous commander un café à Labastide. A 3 nous ne sommes pas de trop pour remettre le pneu dans la jante. Opération très difficile avec les doigts gelés ! Notre ami en basket nous revient dessus.

Enfin Labastide Murat… 30 mn d’arrêt. Ce n’est plus un bar mais une piscine. La patronne est fort sympathique de nous accueillir dans cet état. Je craque pour une Leffe (la première de la journée !). Certains se changent, il reste encore 35 km et la descente va être terrible….

Direction Saint Sauveur la Vallée…une formalité…mais rebelote Alexandre crève à nouveau ! Les filles s’éloignent…ce qui nous vaudra une belle partie de manivelle pour les reprendre avant Lamagdelaine. Ça sent l’écurie et le groupe se reforme pour finir ensemble. Les filles sont impressionnantes… le défis est relevé haut la main… dans des conditions dantesques. Sam passe la barre des 300 la fleur au fusil. Une étape de plus qui en appelle d’autre….

Encore merci à Guy Faure et son équipe qui nous ont accueilli au départ et à l’arrivée. Évidement bravo aux novices et bravo à Christian d’avoir emmené l’équipe des filles !