Pyrénées Gravel Experience

Il aura suffit de quelques messages de Sam pour me convaincre de tenter l’expérience Gravel dans les Pyrénées ! Faut dire que les arguments sont de tailles : une bande de copains, des côtes de bœuf aussi épaisses que les nouveaux pneus de mon Felt, les sanitaires du camping à faire passer la suite royale du Ritz pour une chambre du Formule 1, la présence de Quentin Pacher en mode touriste et celle d’Étienne Hubert vice champion Olympique de Kayak, de la Bigourdale à volonté, les virages vertigineux du Spandelles et les pistes magiques de Luz Ardiden….Stop n’en rajoutez plus, je signe ! En route pour Argeles Gazost et va pour la Pyrénées Gravel Expérience !

Décollage avec Patrick le vendredi en fin d’après-midi. Tandis que nous avançons au rythme des bouchons sur la rocade Toulousaine, Sam et Brice se détendent les guiboles dans la piscine du camping. Non les 30 km du warm up de l’organisation n’ont pas laissé de trace sur les 2 compères mais le complexe aquatique du camping est irrésistible. De quoi s’ouvrir l’appétit et ça tombe bien…ce soir c’est côte de bœuf ! Bref le décor est planté et c’est l’estomac bien rempli que nous nous couchons avec l’assurance qu’on ne calera pas au milieu du Spandelles demain !

Ptit dej, appel des coureurs et l’organisateur nous libère à 9h00. On emprunte la piste cyclable puis rapidement un single le long du gave de Pau. Ça glisse un peu, attention aux racines et boum même le parrain de cette édition fini au tapis. Petit à petit un groupe se constitue avec des membres de l’asso Gravel 65 qui ouvrent la route. Direction Lourdes et les premières bosses se dressent devant nous. Sam n’a pas les jambes ce matin…sacrée côte de bœuf ! On veille à ne pas se perdre et à rester au contact tous les 4. L’ambiance est agréable et ça roule bien en plus !

La trace se faufile entre le golf et le lac puis s’enfonce dans une forêt humide. Descente technique. Brice se fait la malle et avec Patrick nous restons dans le roue de Quentin qui assure ces trajectoires. Regroupement en bas de la bosse après quelques minutes d’une chasse sympathique sur la portion de route. Ça remonte et le chemin très boueux devient limite praticable. Tel une horde de sanglier chacun tente sa chance et rapidement on s’embourbe. Patrick suis le Kayakiste sur la gauche. Ça passe mieux mais il faudra traverser tout de même cette coulée de boue. Séance nettoyage avec les moyens du bord. Les vélos sont ruinés et il faut continuer à monter sur un chemin plus sec.

Arrêt bidon à St Pé de Bigorre. Les organisateurs nous filment, nous photographient…bref ils sont partout ! On reste sur la route assez casse patte puis un talus très raide digne d’un mont des Flandres scinde le groupe en 2. Nous sommes dans la vallée sur la route du Soulor et ça sent le ravitaillement à l’entrée de Ferrière. Voila 3 h que l’on roule, le compteur affiche 66 km et le plat de résistance se dresse devant nous…solide sur ses appuis et raide comme la justice le Spandelles nous attend et va nous manger tout cru ! Patrick, facile, file en tête. Notre Pro de service caresse les ânes. Brice et Sam restent à l’arrière. Et je navigue au milieu les jambes bien lourdes sous le regard amusé des brebis.

Regroupement au sommet, ce Spandelles est magnifique et ne se laisse pas cueillir comme ça. Brice et Sam arrivent ensemble et s’accordent un moment de répit. Il commence à faire froid alors nous descendons. Il reste 20 km. Une simple formalité avant de rejoindre le camping. La journée se termine, 98 km et 2000 m de déniv. Douche pour ltout le monde…bonhommes et vélos ! Ce soir il y a apéro suivi d’une paella ! Musique, stands vélo, bière à volonté, ambiance détendue et dress code tee shirt bleu de La Pyrénée Gravel Expérience…bref on est bien là !

Le lendemain rendez-vous à Luz St Sauveur au pied du Tourmalet pour le second set. Plus court cette foix ci mais plus haut !!! La trace A mène au Pic du midi, carrèment ! tandis que la trace B file tout shuss au col du Riou sur les pistes de Luz Ardiden. Comme mes trois compagnons sont déjà montés au Pic du midi l’année dernière nous partons explorer le parcours B.

Départ groupé pour un Tour de ville en passant par le pont Napoléon. A la séparation des deux circuits nous constatons que nous sommes quasiment seuls ! A part un chemin bien agréable pour rejoindre Vicsos nous roulerons pratiquement que sur de l’asphalte jusqu’à la station. Les pourcentages sont sévères dès le départ et Patrick suit le train imposé par 2 gars. La montée fait 17 km. Derrière nous restons groupés. Brice assure le tempo mais finalement baisse le pavillon. Sam tombe une dent et nous nous retrouvons tous les 2 pour une montée bitumeuse mais très agréable. 4 km avant la station nous retrouvons la route principale avec pas mal de cyclistes routiers. Sam prend quelques longueurs lorsqu’un Tinkoff me revient dessus. Je lâche…A 3 bornes de la ligne, j’assiste à une lutte acharné entre un routier et un graveliste…c’est magique ! Sam ne concédera que quelques mètres sur cette passe d’arme…Mais avec tout ça nous nous sommes trompés !

Demi tour 2 km plus bas pour reprendre le circuit dans le bon sens. Le ravito est en vu. Brice est devant et Patrick qui a attrapé le pompon s’offre un tour de plus et ne tarde pas à nous rejoindre. Enfin de la piste, nous planons à 2000 m au col de Riou, de l’autre côté on aperçoit le Pic du Midi… c’est top !

Nous voici au sommet ou nous retrouvons Brice et la photographe officielle qui attendait un certain Patrick !!! Le quatuor est reformé et nous entamons la descente par les chemins des pistes de ski. Ça bombarde. On retrouve le bitume pour les 6 premiers kilomètres de la descente de Luz. La route est belle. Il faudra revenir avec les vélos de route. Enfin la trace nous emmène sur un chemin…un superbe single technique sur une traverse à flanc de montagne. On se régale.

13h30, nous terminons la rando avec 56 km au compteur et 1800 m de déniv. Il fait faim et ça tombe bien la terrasse de Luz est ouverte, l’hospitalité est incomparable au camping mais qu’importe, on a faim…à table !

Le wk s’achève ainsi…du soleil, du vélo, des amis et de la bière…que demander de plus ! Merci aux organisateurs, ils savent accueillir. Juste pour l’année prochaine…moins de route et plus de chemin ! Vive le Gravel !

Photos de Brice, Sam et Nini