Wk Pyrénéen

Retour à Sarrancolin cette année pour le stage en altitude. Le Bourdon, l’Arracheur, La Serpette et Denis répondent présents à l’appel des Pyrénées. Manque Pilou qui se cultive dans son nouveau job. Les Blues Brothers ont dit « Il y a 160 kilomètres d’ici à Chicago, nous avons un réservoir plein d’essence, un demi paquet de cigarettes, il fait noir et nous portons des lunettes noires. En route ». C’est pareil pour nous sauf que nous n’allons pas à Chicago mais au port de Balès !

Après une soirée arrosée pour définir le parcours du lendemain, la fumée blanche sort du conclave…Et c’est la proposition de frère Denis qui fait l’unanimité. Nous irons au Balès…oui mais en empruntant le Peyresourde par ses 2 versants. Comme a dit Jake Blues « on est en mission pour le Seigneur ».

Samedi 4 juillet, God bless America ! c’est sur les riffs de l’hymne Américain sublimé par la Strato de Jimi Hendrix à Woodstock que je réveille la joyeuse troupe. Dépéchons nous, la meute arrive….La Serpette a eu la bonne idée d’inviter les Renardeaux. Voilà la Hourde, Kiki, Fabien, Patou et Buisson Noir. Il fait beau et nous allons passer une belle journée.

3,2,1 partez…Denis fait le départ. Tous en file indienne dans la vallée de la Neste. Il fait frisquet mais ça ne va pas durer. Il nous manque un mécano dans l’équipe… La Serpette a eu la bonne idée de remplacer son plateau 48 dents par un 52 la veille…forcément ça gratte ! Fabien s’est embarqué dans les Pyrénées avec un 39 (à priori son idole s’appelle Denis !). Ça peut passer si tu as une bonne cassette. Oui mais le Di2 fait des siennes…il est bloqué sur le 39×24 ou 52×28. C’est crazy les Pyrénées !

Bref tout rentre gentiment dans l’ordre et on attaque la mise en bouche de la journée. La montée de Lancon : 3,5 km à 9,5 %. L’arracheur nous fait une Virenque et s’échappe dès le pied du col. Personne ne croit une seconde à ce coup de bluff…et pourtant Antho insiste et met la pression à tout le monde. Il va falloir compter sur lui aujourd’hui !

Photo de groupe en haut et vu sur l’Arbizon. On plonge sur Bordère Louron. Il y a des cyclos sur cette petite route tranquille. Le Peyresourde se dresse devant nous. La route est superbe et la température idéale. Fabrice allume la mèche dès le km 0. Denis lui emboîte le pas et L’Arracheur remet le couvert. La Hourde prend son rythme et attend son heure. Le vent nous pousse comme souvent dans le Peyresourde. 40 mn plus tard nous passons le col avec Fabrice. Le reste de la troupe arrive peu après. Le Bourdon qui peaufine son coup de pédale pour son prochain défi dans les Alpes donne tout pour ne pas se faire coiffer par l’armada de la DN1 du VCP Loudéac.

Le Bourdon se prend pour Froomy et voltige dans la descente. Il est chez lui et ne compte pas ce faire voler le titre par un amateur.

Il est presque 12h00, nous avons parcouru 45 km et nous cherchons la fontaine…inconsciemment nous nous dirigeons vers la boulangerie ! Arrêt de 25 mn en guise de pause casse croûte avant d’attaquer le plat principal.

Le petit train se met en route dans la vallée de la Pique. Vent de face, 4 locomotives se relaient pour assurer le tempo. David est sur son terrain, bien aidé de Denis. Pas un mot durant 30 km. Une bordure se forme, soupe à la grimace. Non loin le Balès se frotte les mains et nous attend…

Regroupement général à Mauléon Barousse. Comme dit la banderolle « ici commence 19 km de bonheur » !

Nous remontons le ruisseau de l’Ourse durant 9 km. La pente est irrégulière mais globalement faible. Puis le pont est franchi et là débute la véritable ascension du Balès. Durant 10 km les pourcentages sont sévères mais on en prend pleins les yeux. Fabrice prend la poudre d’escampette, je maintiens mon allure tant bien que mal et David reste à quelques encablures derrière. Nous doublons pas mal de cyclo. Il faut dire qu’il n’ y a pratiquement pas de voiture dans ce col, le vélo est roi !

Arrivé en haut c’est la grande claque. Le Balès te remue la caouane aussi bien qu’un bon ostéo. Une pause s’impose mais le vent est frais et les vautours rodent…Alors on filent dans la pente sinueuse en direction de Bourg d’Oueil. Grosse bagarre dans la descente ou je pars à la faute et sort un peu large dans un virage !

Il nous reste le Peyresourde à escalader pour la seconde fois de la journée mais par l’autre versant, ou du moins les 10 derniers km. Il fait chaud, on a l’impression d’être un œuf dans une poêle à frire. Le soleil tape contre le muret de pierre…on pioche tous comme des forçats !!!

Fabrice à la gentillesse de lever le pied pour m’accompagner…ça y est nous y sommes. Les difficultés sont passées, une journée à 3800 m de d+.

La descente est le théâtre d’une nouvelle baston, on a l’impression de se retrouver dans une BD du Joe Bar Team. Gros vent de face jusqu’à Sarrancolin… Denis force l’allure et David lui emboîte le pas. Le trou est fait et il faut compter sur La Serpette pour revoir les fuyards. Nous ne sommes plus que 4 à 6 km de la ligne d’arrivée. Derrière tout le monde est éparpillé façon puzzle. David tire des bouts droits de malade vent de face. Je filoche et prend des relais de cadet…pour leur faire la pancarte !!! Non mais sans blague !!!!

La journée est fini, 155 km et 3800 m de D+. Apéro royal à la Ratz suivi d’une raclette. Merci les Renardeaux de votre visite. Demain il faut remettre le couvert….mais sans moi…mon dos me lâche dans la soirée !!! Les Grands lacs du Néouvielle et les granges de Lurgues pour les plus crazys sont au programme. Fabrice, Franck, Denis et Antho se sont régalés…rien de mieux pour clôturer cet excellent wk.

Panorama magnifique et ciel bleu…aussi bleu que le fond de tes yeux…nous avons pensé à toi mon ami.

6 réflexions au sujet de « Wk Pyrénéen »

  1. bravo pour cette belle journee qui fut tres sympatique et pour l’accueille ,le parcours fut dur mais magnifique . Ce fut une trés belle journée …

    Répondre

  2. Merci Nicolas pour ce compte-rendu de qualité qui nous permet de prolonger cette belle journée de vélo en montagne … Les souvenirs musculaires et douloureux s’oublient et ne restent que les souvenirs agréables de camaraderie, de vues magnifiques, de moments partagés. Encore merci pour l’accueil ; prêt pour une autre virée. BN

    Répondre

  3. Merci mon Nini,
    super compte rendu.
    J’ai passé un super week-end avec vous et mes petits Renardeaux. Une bonne ambiance , de beaux cols,une météo au top! un bon apéro avec de la Ratz. Que demander de mieux?
    Steeve aurait adoré.
    Bise.

    Répondre

  4. Quel chouette week-end toujours aussi bien relaté, avec une belle pensée à la fin.
    J’espère que ton dos va mieux.

    Répondre

    1. Ça se détend Antho ! une bonne séance d’ostheo, de la chaleur et des étirements.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *